Nous devenons CPG Europe.
Découvrez nos marques

Anti-effraction des menuiseries : normes et systèmes

Quel est l'objectif des systèmes anti-effraction des menuiseries ?

Le principe de l’anti-effraction n’est pas d’empêcher l’intrusion d’un cambrioleur dans une habitation, mais de la retarder au maximum.

Cela a un effet dissuasif, ayant pour but d’éviter que le cambrioleur ne décide de pénétrer dans les locaux. Et s’il décide quand même de le faire, le cambriolage est retardé, laissant plus de temps aux services de sécurité pour intervenir.

Quelles sont les normes pour les systèmes anti-effraction des menuiseries ?

L’anti-effraction répond à des normes européennes, applicables en France :

  • EN 1627 :exigences et classification, septembre 2011

NB : aucun système n’est proposé ou présenté dans cette norme

La norme EN 1267 est accompagnée de plusieurs normes d’essai :

  • EN 1628 impact cylindre hydraulique - charge statique : RC2 = 3 kN - RC3 = 6 kN
  • EN 1629 impact chute du pendule – charge dynamique : RC2 = 450mm - RC3 = 750mm
  • EN 1630 durée de l’attaque manuelle :  RC2 = 3min - RC3= 5min

La norme EN1627 définit différentes classes en fonction du niveau de « compétence » du cambrioleur, des outils à sa disposition et d’un temps défini.

Le cambrioleur entre avant le temps imparti : l’essai anti-effraction est raté !

Le cambrioleur n’entre pas : le montage complet est validé en anti-infraction à une classe donnée : de RC1 à RC6 (voir tableau ci-dessous)

Exemple des exigences anti-effraction pour une maison individuelle

Exigences anti-effraction pour les autres locaux

Que teste-on exactement en anti-effraction ?

Comme pour les essais de tenue au feu ou comme pour les essais acoustiques, c’est l’ensemble du système constitutif de la menuiserie, ou de la porte, dans un environnement donné, qui est testé en anti-effraction :

  • Le type de pose
  • Le vitrage retenu et la mise en œuvre dans l’ouvrant
  • Le système de pare-closage
  • Les profils retenus (ouvrant et dormant), avec ou sans renfort
  • Les paumelles, renforcées ou non
  • Les fixations, renforcées ou non
  • Les joints entre ouvrant et dormant

1 - Collage du vitrage dans l'ouvrant

  • Tremco DG210 est une colle bi-composante silicone :

qui permet le renforcement de la fixation (qui doit être conforme au DTU 36-5) avec des collages ponctuels au droit de chaque point de fixation :

2 - Collage du dormant de la menuiserie sur le support

Le collage diminue sensiblement le niveau de déformation des fixations métalliques et rend plus difficile par exemple le passage d’un pied de biche

Quelles garanties de résistance offrent les systèmes CPG pour l'anti-effraction des menuiseries ?

Ces deux systèmes développés par CPG ont fait l’objet d’un essai anti-effraction par l’IFT Rosenheim avec ce type de montage et font l’objet d’un classement RC3 

Anti-effraction au niveau de la menuiserie, suivant les normes DIN EN 1627-1630 avec :

  • Vitrage collé au DG210 et parclosé
  • Menuiserie collée à la colle SP351

Essai Ift Rosenheim, résultat : RC3